L’édition papier se porte-t-elle si mal ?

À en croire les dernières nouvelles, l’édition papier se porte mal. Pour preuve, ces trois infos à la une cette semaine : la faillite de l’imprimerie Hélio à Charleroi (qui imprimait notamment les éditions Dupuis), le mariage en France entre Média Participations avec un groupe plutôt en difficulté (Les Éditions de La Martinière, Le Seuil, Métailié, Abrams, Knesebeck…) qui génère des tensions sociales et le journal L’humanité en éternelle perdition et qui appelle au soutien populaire pour le sauver de ce énième mauvais pas.

symbol-2088735_1920

Personne n’achète plus de journal ?
Personne n’achète plus de livre papier ?
Personne n’imprime plus rien ?

 

Chaque année plus de titres mais de moins en moins lus !

Bien que du côté production, le nombre d’exemplaires par titre diminue (-6,5 %)[1], le nombre de titres, lui, augmente chaque année (+1,10 %)[1] !

Cela montre la prudence des éditeurs face à un marché en décroissance mais aussi la démocratisation du secteur avec l’arrivée de petits éditeurs ou d’auteurs autoédités qui profitent de la révolution de l’impression numérique et de la diminution des coûts de production.

Or, le lecteur moyen lit de moins en moins. Ou du moins, il lit autrement. Sur les éditions gratuites, sans doute, mais aussi sur les médias numériques. Pas forcément les liseuses mais plutôt les tablettes, les smartphones et les ordinateurs où il se nourrit des réseaux sociaux et des sites d’actualités en ligne. Alors quand il achète du papier, il le fait avec parcimonie et il se tourne vers des valeurs sûres dont il connaît la prose par cœur.

books-1655783_1280
Recyclage littéraire !

Et les grands éditeurs suivent le mouvement, ils misent beaucoup sur les auteurs qui se vendent. Et donc, l’augmentation du nombre de titres ne signifie pas une plus grande créativité, au contraire, et les auteurs indépendants et les petits éditeurs ont malheureusement tendance à suivre le même schéma : publier des genres connus qui ont fait leurs preuves.

À l’image des autres secteurs de l’économie mondiale, les grands groupes se comptent sur les doigts d’une main : Hachette, Éditis, Gallimard-Flammarion et donc Médias Participations qui vient encore de s’agrandir. Ils ne se contentent plus du livre mais détiennent ou essaient de détenir tous les maillons de la chaîne : la production, la publicité, la distribution et la vente. On n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Voilà qui ne laisse pas beaucoup de place aux petits éditeurs, malheureusement.

Il leur reste alors à se différencier mais comment ?

Circuit court, pardi !

Des auteurs locaux dans des librairies locales, édités par des éditeurs du coin et imprimés par des imprimeurs du coin, des séances de dédicaces, des animations dans les bibliothèques et dans les centres culturels, dans les écoles (et partout où il y a de l’animation d’ailleurs !), des ateliers d’écriture, des cafés littéraires.

Et varions les genres : la littérature bien sûr, mais aussi les livres pratiques, les recueils, les livres historiques, les supports pédagogiques, les manuels techniques, les guides touristiques, etc. La liste n’est limitée que par notre imagination.

reading-1698771_1280
Lisez local !

 

Source : Le monde.fr, DH.net, lexpress.fr, Rapport statistique SNE, revuenouvelle.be

[1] Chiffres SNE 2017 (Syndicat national de l’édition – France)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s