Écrire : Où apprendre à écrire ?

À l’école, bien entendu!

Pour l’instant, cet endroit est encore celui où l’on apprend à écrire. Bien que cette période soit assez éloignée, je pense que ça n’a pas changé.

Cahier d'écriture
De mon temps, on dessinait des courbes entre des lignes pour obtenir des lettres qui correspondaient à des sons. Ensuite on combinait les lettres pour obtenir des syllabes et des syllabes pour obtenir des mots. On créait des phrases, puis des dissertations, puis des romans.

Simple, n’est-ce pas ? Pas vraiment, en fait. Car le problème n’est pas d’aligner des mots mais de les aligner de manière à ce qu’ils forment un texte qui intéresse vos lecteurs.

Où apprend-on à écrire des textes qui plaisent aux lecteurs ?

Notre cerveau a la faculté de réagir aux stimuli de nos sens. La vue est primordiale. Quand une phrase nous stimule, nous mémorisons non seulement les mots qui la composent et même si aucun son ne sort du papier, nous entendons, dans une salle de spectacle à l’intérieur de notre cerveau, sa musique et son chant. Nous captons sa signification mais aussi son esthétique. Le dessin (dessein?) d’un paragraphe n’est pas anodin dans le processus et qui sait si la beauté des courbes d’un B ne nous attire pas plus que les droites d’un V ? (Bernard Baudour, n’est-ce pas plus joli que Valérie Trierweiler ?) Je pense aussi que ce que nous entendons enrichit notre formation. Les chansons, les discours, les débats la complètent. Comme ce que nous sentons et touchons. Une odeur de chocolat préparé par grand-mère lors d’une lecture de jeunesse et la sensation tactile d’une vieille feuille de papier jauni interviennent également dans le mécanisme créatif.

Nos textes correspondront à cette expérience sensorielle engrangée depuis notre naissance. Chacun de nous aura donc sa propre référence, son propre mélange hétérogène unique d’inspiration.

Donc convenons-en, pour écrire, il faut lire. Lire encore et toujours. Lire ce que vous aimez. Et dans une moindre mesure, écouter, toucher, sentir, manger et boire…

Le cerveau reproduira naturellement ce qu’il a appris, sans effort. Quel bonheur !

Ne rêvez pas, je déconne ! Ce sera le sujet de mon prochain article : un don sans technique n’est rien qu’une sale manie.

 

Pour mes mon fans :

Mes influences : Daniel Pennac (la saga Malaussène), Émile Zola (Germinal), Amélie Nothomb (Beaucoup !), Bernard Weber (Les fourmis), Baudelaire (La très-chère était nue, et, connaissant mon cœur, elle n’avait gardé que ses bijoux sonores,…), La Fontaine, Brassens, Brel, la choucroute, la Duvel et plein d’autres choses…

Je lis actuellement les misérables en y intercalant d’autres romans (Ce roman est tellement long qu’on pourrait joindre deux continents en alignant ses feuilles). La fluidité de l’écriture de Victor Hugo est pour moi une éternelle source d’inspiration.

Sans oublier Bigflo et Oli ! (De ne pas les écouter, c’est ce que je veux dire, bien entendu…)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s