La fable d’Esope

Dans ma mémoire, elle me joue parfois des tours, je pensais que l’histoire de la chèvre de M. Seguin (A. Daudet. 1840-1897) avait pour morale : « À force de crier au loup à tort, on finit par ne plus être secouru quand le loup est vraiment là ». Je l’ai relue la semaine dernière et ce n’est pas tout à fait le sujet. La chèvre, malgré leChevres avertissements de son berger, M. Seguin, s’échappa de son enclos et parcourut, libre, les pâturages, pour voir si l’herbe y était meilleure. Elle fut mangée par le loup. La morale est : « Mieux vaut être enfermé et en sécurité que libre et en danger ».

Et c’est un sujet d’actualité : préférez-vous des contrôles renforcés qui vont restreindre vos libertés et accroître votre sécurité ou préférez-vous la liberté et le danger ?

chevre1La fable qui troublait mes souvenirs nous vient d’Ésope (Inventeur des fables, 600 av. J.-C. ! ) : le garçon qui criait au loup. C’est l’histoire d’un jeune berger qui s’amusait à appeler les gens du village au secours en faisant croire que son troupeau était attaqué par un loup. Il finit par être discrédité et le jour où le loup vint, personne ne le sauva et il fut dévoré.

Ésope nous rappelle notre actualité et notre histoire. Moi, j’ai commencé à me méfier en 1989, avec l’affaire de Timisoara. Les médias criaient au loup : 70.000 morts découverts dans un charnier, des morts dus à un dictateur (hier reçu en grande pompe par tous les dirigeants du monde). Vaste mise en scène. Et plus tard, rappelez-vous les armes de destructions massives. On nous appelait au secours pour faire la guerre à cet abominable Saddam Hussein. La guerre a eu lieu, mais on n’a jamais trouvé d’armes de destructions massives. Et l’histoire se répéta avec Khadafi et se répète aujourd’hui : Les Turques s’enrichissent du trafic de pétrole grâce à l’EI, les Russes soutiennent Bachar el-Assad, L’Arabie Saoudite soutient l’EI, les Américains soutiennent l’Arabie Saoudite…

Mais où est la vérité ? Existe-t-elle seulement ? Pourquoi me prenez-vous à témoin ?

Bien entendu que ces abominables dictateurs méritent leur sort. Comme d’autres sans doute qui dominent encore d’autres endroits de la terre. L’homme exerce son pouvoir au détriment de l’homme. Mais s’il vous plait, médias, ne criez plus au loup pour rien. On sait depuis longtemps qu’il est dans la bergerie et qu’il n’est pas seul. Vérifiez vos infos. Car moi, je suis devenu comme ces villageois, je ne crois plus le berger qui m’appelle au secours et je le regrette.

Votre avis… Réagissez…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s